Avertir le modérateur

03 mai 2012

Un choc de mutants au programme de «Prototype 2»

prototype2, ps3

Trois ans après le premier «Prototype», Activision remet ça avec un deuxième épisode, sorti le 24 avril dernier, toujours aussi boosté à l’adrénaline et dont le lot de mutations est susceptible de conquérir de nouveaux fans.


Première nouveauté, le héros change et celui que vous incarniez dans «Prototype», le jeune scientifique Alex Mercer, devient votre ennemi dans cette nouvelle mouture. Cette fois, vous êtes James Heller, un soldat costaud de l’armée américaine dont la famille a été tuée par le virus Blacklight, répandu par Mercer, qui continue de ravager New York.

Mercer beaucoup

Dès le début, vous serez justement confronté au diabolique scientifique qui, après vous avoir contaminé avec son virus, vous choisira comme allié pour mettre fin aux projets maudits menés par les véritables coupables: les laboratoires Gentek et le Blackwatch, sa force de sécurité. Il n’est pas dit que Alex Mercer ne vous roule pas dans la farine, mais quoiqu’il en soit, votre mission est désormais, avec l’aide d’un prêtre rebelle, de nettoyer la ville de ses scientifiques collaborateurs, des soldats en tous genres, des mutants et autres créatures créées avec l’aide du virus.

Ne soyez pas trop dégoûté par ces dernières parce vous-mêmes n’êtes plus tout à fait normal. Mercer vous a transmis toutes ses caractéristiques: vitesse décuplée, force surhumaine, travestissement express, capacité à marcher sur les murs et à effectuer des vols planés. Vous n’êtes plus un homme, mais une machine de guerre qui mutera au fur et à mesure du jeu avec au programme par exemple des tentacules et autres griffes géantes à la place des bras, à utiliser quand bon vous semble.

Quelques principes à assimiler

Si les missions principales comme secondaires (destruction, infiltration…) se ressemblent assez dans l’ensemble, «Prototype 2» propose des scènes d’action complètement démente. Les pouvoirs de Heller sont si puissants que l’on ressent une impression d’invincibilité tout bonnement jouissive. Rien ne nous fait peur, ni les gros mutants baveux ni les chars d’assaut. Il n’y a guère que les hélicoptères qui peuvent irriter parce que difficilement atteignables, mais il suffit de s’équiper d’un bazooka pour régler ce problème.

Bien sûr, on peut quand même perdre de la vie, mais il suffira d’ingurgiter quelques passants innocents pour se refaire une santé. Ce système, qui consiste à se placer derrière une personne pour l’empoigner et ainsi prendre littéralement son apparence, est une vraie bonne idée: cela ajoute un peu de subtilité au gameplay car le passage en force ne sera pas forcément toujours conseillé pour accomplir certaines missions.

Un environnement apocalytique

L’utilisation des autres pouvoirs de Heller est tout aussi excellente, même si on peut parfois se faire surprendre par tant de puissance, notamment lors des sauts et des vols planés. On est en revanche très fâché avec le «traqueur». Cette capacité, qui permet de retrouver quelqu’un à travers la ville grâce une onde envoyée par le joueur, est plutôt mal foutue. Malgré les brèves explications indiquées à l’écran, comme pour chaque nouvelle fonction, on met du temps à la maîtriser car trop imprécise, sans parler du clipping ajoute à la confusion par l’onde que l’on déploie à travers le paysage. On se retrouve alors à suivre ses ondes à l’œil et tourner en rond dans la ville en espérant tomber, avec un peu de chance, sur notre cible.  

L’environnement, lui, est de toute beauté, avec une atmosphère chaotique rythmée par un climat changeant régulièrement (jour, nuit, soleil, pluie...) et des personnages qui communiquent (mention spéciale à l’excellente version française) entre eux. Certes, on ne reconnaît pas tellement New York, divisée en trois îles accessibles au fur et à mesure de l’aventure, mais on se plaît à se balader d’immeuble en immeuble tel Spiderman.

Des références à gogo

«Prototype 2» comporte justement de nombreuses références à des comics, films, jeux vidéos et autres séries. Outre l’homme-araignée, on pense inévitablement à Hulk pour l’aspect mutation et destruction massive, à «V» (la dernière version) pour le prêtre rebelle et à certains films pessimistico-futuristes pour le scénario (Je suis une légende, 28 jours plus tard, etc.), pas follement original certes, mais qui tient la route. A signaler aussi un mode en ligne que nous n’avons pu essayer, faute de code client.

Au final, ceux qui ont joué au premier «Prototype» ne devraient pas être dépaysés tout en étant séduits par les améliorations, tandis que les néophytes plongeront avec enthousiasme dans cet enfer sanitaire où seule la loi du plus fort fonctionne. Alors mutons et tabassons gaiement.

- Corentin Chauvel

Commentaires

sa a l'air vraiment dingue

Écrit par : apple | 09 juillet 2012

c'est carrément un site flamboyant. Donc je link sur sur mon billet dédie cette actu

Écrit par : assurance automobile | 29 août 2012

Encore un jeu à succès, jadore!

Écrit par : Pneu pas cher | 26 septembre 2012

Boaaaaah il a l'air énorme ! Faut que je l'essaye !!

Écrit par : http://infos-isolation.com/ | 08 février 2013

super actu et jeu magnifique !!

Écrit par : pré-commande jeu batman arkham origins | 22 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu