Avertir le modérateur

20 février 2012

Des hauts et des Bats pour «Gotham City Impostors»

gotham city impostors,batman,joker,xbox live,psn,pc,xbox 360,ps3,fps

Un imposteur dans le monde du FPS? Avec la sortie de «Gotham City Impostors» le 8 février dernier sur Xbox live, PSN et PC, Rocksteady Studios tente de s'incruster dans le monde des jeux de tir à la première personne «Modern Warfare 3» et «Battlefield 3» règnent en maîtres. Problème: Comment tirer son épingle du jeu face à ces deux mastodontes?


Un humour très comics

L'avantage pour Monolith Productions, aux commandes de cette production Warner après avoir réalisé l'angoissant «F.E.A.R.», est de bénéficier d'une matière première attractive et encore inexploitée dans le domaine du FPS: l'univers de Batman. C'est ainsi dans un Gotham City représenté par cinq maps au level design emblématique du comic, qu’on va pouvoir fragger à tout va en choisissant le camp des émules du «Cape crusader» ou ceux du «Clown Prince of Crime».

Oui, car pas question ici d'incarner Batman ou le Joker. Le joueur devra endosser le costume d'un de ces «Impostors», à l'image de ceux que l'on retrouve dans le Dark Knight de Christopher Nolan, qui sont prêts à s'équiper chez Castorama ou faire les fripes pour tenter de ressembler à leurs idoles.

Et c'est là que «Gotham City Impostors» marque encore des points. Car en prenant le parti d'axer leur jeu sur ces justiciers et criminelles du dimanche, Monolith Productions a décidé de ne pas se prendre au sérieux et s'est appliqué à inscrire cette philosophie dans chaque compartiment de sa production: interface décalée, tutoriels sous formes de BD humoristiques, personnalisation de son avatar aussi poussée que ridicule (coupe de cheveux Afrocalypse, kilt Mac Rapule ou Collant-quête est close sont au programme)…


Gotham City Impostors - La customisation par Gameinvaders

 Un second degré qui va jusqu'à contaminer le gameplay de ce FPS. En mettant à disposition du joueur des grappins, des chaussures à ressorts ou des patins à roulettes que l'on peut combiner avec certains éléments du décor comme des rampes ou des trampolines, les parties se transforment en joyeux bordel.

Crise d'identité

Dommage en revanche que les concepteurs n'aient pas poussé leur délire aussi loin au niveau des modes de jeu pour ces empoignades à six contre six. Car entre un Deathmatch en équipe très classique, une Fumigation qui s'apparente à un mode domination et une Batterie semblable à une capture le drapeau, «Gotham City Impostors» ne brille pas par son originalité, ni pour sa richesse.

Idem pour l'évolution de son personnage dont on pourra débloquer des armes ou des aptitudes au fur et à mesure des points d'EXP gagnés au cours des partis en fonction du nombre de frags ou de «défis» remplis (headshots, kilomètres parcourus, etc.). Rien de bien neuf en somme par rapport à un «MW3» par exemple.

Mais si l'on peut être tolérant face à ces défauts au vu du prix de ce DLC (environ 14 €), impossible en revanche d'accepter les lacunes affichées par le système de Matchmaking. Entre les connexions difficiles (il faut parfois plus de 5 minutes pour trouver un serveur opérationnel), l'équilibrage des équipes aléatoire et l'impossibilité de rejoindre une partie en cours, «Gotham City Impostors» peine à faire sa loi dans le monde des FPS.

La bourse ou la vie

Coup de gueule au sujet du système de personnalisation de son personnage. Si le jeu propose un nombre important d'éléments à débloquer grâce à des jetons gagnés au cours des parties, il est aussi possible de les acheter moyennant quelques euros. Problème: le nombre de jetons récupérés après chaque manche est relativement très faible (entre 20 et 40) par rapport ce que coûte un slip ou une coupe de cheveux par exemple (de 40 à 1.000 jetons).

Du coup, à part passer des nuits entières à jouer, le gamer lambda aura plus vite fait de lâcher quelques euros pour se créer un perso qui dépote. Et quand on sait que de nouveaux costumes ainsi que de nouvelles maps vont être bientôt disponible, le petit prix de ce «Gotham City Impostors» est à relativiser.

Cape ou pas cape?

Au final, malgré son caractère décalé et son plaisir de jeu immédiat, le titre de Warner Studio peine à se présenter comme une alternative efficace aux derniers FPS sortis sur consoles et PC. «Gotham City Impostors» se présente plus comme un complément agréable qui permet de passer quelques heures sans se prendre la tête et en fragger quelques-unes.

- Jérôme Comin


Gotham City Impostors - CGI Trailer par 5minVideoGames

Commentaires

j'adore ce jeu original !! humour comics présent dans ce jeu !!

Écrit par : vendre jeu batman arkham origins | 22 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu