Avertir le modérateur

05 octobre 2011

Cinq bonnes raisons de jouer au multi de «Gears of War3»

358fa64eb1d6bc0c8a5b7c8aa54aefd4.jpg

Ce n'était donc pas une beta, mais un hameçon. Fin avril, des dizaines de milliers de joueurs au moins ont été accrochés au multi de «Gears of War3». Puis le jeu est sorti sur Xbox360. Et vu les trois millions de ventes en une semaine annoncés par l'éditeur Microsoft, peu seraient parvenus à en réchapper. Comment le piège s'est refermé sur eux? Cinq éléments de réponse.


1. Un sport d'équipe
Vous pestez contre ces fraggeurs qui vous laissent mourir dans votre coin? Ici, réanimer ses coéquipiers n'est pas une question de politesse, mais de survie. Personne n'est dupe. L'infériorité numérique se solde le plus souvent par un échec. Huit modes de jeu en multi donc mais une règle commune: la coopération. Lors des premières parties, on peut tenter de la jouer façon loup solitaire, comme un noob à «Call of Duty: Black Ops». Résultat: on se fait dépecer. Exécutions rapides, score minable et encerclements ont occupés nos premières heures en multi. Nous voilà réduits à compter les éclaboussures.
 
2. Un jeu de cartes
Joie, bonheur, il y a suffisamment de cartes (dix on dirait) à épuiser jusqu'au prochain DLC. Et suffisamment d'obstacles où se planquer. Et ça tombe bien, la touche A permet de s'y mettre à couvert. Les charges héroïques, très peu pour nous. Ces petites cartes, inspirées du décor de l'histoire, obligent toutefois à la mobilité. Très facile d'être contourné et de voir passer au dernier moment, dans son champ, un gros Lanzor, ce fusil-tronçonneur symbole de la série. Il faut bouger, bouger, bouger. Des mouvements encouragés par un arsenal dispersé dans des coins bien pensés et exposés. Chaque millimètre carré de la carte est donc susceptible d'être disputé.
3. Un jeu de cache-cache
Mais on n'y voit rien avec la fumée projetée par les grenades, avec la tempête de sable sur la carte «Tranchées». Et il n'y a pas de boussole ou de mini-radar. Le multi de «Gears of War 3» met au défi le sens de l'orientation. Une perte des repères amplifiée par les roulades incessantes et les sprints aux cachettes. Mais pouvoir visualiser à tout moment l'emplacement de ses coéquipiers se révèle rassurant. Même à l'autre bout de la carte, leur tir de soutien est déterminant.
 
4. Un jeu sans coup bas
 Rushs solitaires proscrits, les campeurs sont déjà retournés sur «Call of Duty», et les snipers ne vont pas tarder. Car tous les perchoirs sont faciles d'accès. Privé de chat vocal, on se replie sur la communication non verbale: les équipes peuvent marquer leurs adversaires d'une icône indiquant leur présence. Deux secondes, largement assez de temps pour être repéré. Les parties finissent ainsi par s'organiser, se rationaliser. Certes, les personnages ressemblent tous à des gros bourrins sans cœur, mais le style de «Gears of War» oblige à rester honnête et droit.
 
5. Un menu équilibré
Manger cinq fruits et légumes par jour, on s'y plie, parce qu'il y a de variété. Dans «Gears of War», c'est pareil, ça ne refuse pas de manger à tous les râteliers. Même si l'incontournable match à mort par équipe est le plus prisé, on peut goûter à plein d'autres recettes: «Zone de guerre» (une vie un point c'est tout), «Exécution» (tu meurs d'un coup, et pas d'une crise cardiaque), «Roi de la colline» (même si la la colline ressemble plus à un cercle) et  «Ailier» (matchs par équipes de deux, où apprend à se connaître comme un couple).
- Jérôme Comin et Joël Métreau

Commentaires

Un pote viens de l'acheter je le test demain :D

J'avais le 1 et le 2 à l'époque et le live était bien pourri... Mais la campagne trop excellente :D

Écrit par : jeu cuisine | 06 octobre 2011

Franchement gears of war n'est pas fais pour du multijoueur... il est excellent, la campagne fais rêver mais le système en multi fais limite pitier.
on peu regarder les angles morts dû a la 3e personne, sprint infini sauf quand on charge avec le retro (sa on sais pas pourquoi)
Les armes
un chargeur pour tué quelqu'un avec le lanzor, du coup le mec a le temps de se planqué et de regen,
retro mega pas précis mais super cheater, on vois pas sa vie défilé,
destructors a 1 mètre le mec explose, a 1.0001m il luis faut 3 balles.( on se demande pourquoi le canon scier existe, il faut collé le mec pour le tué, alors avec un destructors c'est exactement pareil...)
kaomax, on peut visé a la style call of mais il a rien dans le sac
ils auraient pu mettre des fragmentation au lieu des fumigène, ou alors triplé la puissance des fumigène pour qu'elles soient un minimum utiles.
personnage invincible lorsqu'il sont derrière les mur quand on est sur un même plan.Une fois, j'ai tiré au kaomax sur un mec a couvert, je lui est tiré un chargeur dessu et sa le touché pas (a mon avis le jeu considère qu'il est a couvert alors on peut pas le touché).
Après le truc le plus horrible c'est le fais de se collé au mur. c'est a s'arraché les cheveux! trop chiant pour s'en décollé de se satané mur!!!

Les point positif sont que l'on peu faire des roulade sur les coté, vraiment super.
on joue plus en équipe mais généralement les gens ne le comprenne pas, il fonce dans le tas, tir au fusil a pompe a 100 mètres, fonce sur un mec avec le tronçonneuse sur 50mètre...Après ils s'étonne qu'il meurt...
mais bon sa c'est les joueur c'est pas le jeu en lui même!

il est dit plus haut "Vous pestez contre ces fraggeurs qui vous laissent mourir dans votre coin? Ici, réanimer ses coéquipiers n'est pas une question de politesse, mais de survie. Personne n'est dupe. L'infériorité numérique se solde le plus souvent par un échec. Huit modes de jeu en multi donc mais une règle commune: la coopération. Lors des premières parties, on peut tenter de la jouer façon loup solitaire, comme un noob à «Call of Duty: Black Ops». Résultat: on se fait dépecer. Exécutions rapides, score minable et encerclements ont occupés nos premières heures en multi. Nous voilà réduits à compter les éclaboussures.

je suis pas du tout d'accord avec ce commentaire la, quand on joue gears of wars en multi, tout les monde cour dans tout les sens, il faut joué avec des amis pour constituer une équipe digne de se non. Et c'est exactement pareille pour call of duty black ops!!!! donc l'exemple de loup solitaire noob marche dans tout les jeu de tir!!!

Je tien a précisé que je ne suis pas un noob rageux, j'ai 4,5 de ratio, et environ 10 de ratio partie gagné/perdu.. donc mon commentaire n'est pas influencé par la rage de se faire tué comme certain qui méprise call of duty simplement parce qu’il se font violé...

excellent jeu quand même!!

Écrit par : Jess | 24 octobre 2011

Je ne suis pas d'accord avec le commentaire précédent. On peut autant s'amuser en multijoueur avec un TPS qu'avec un FPS. D'autant que depuis le 1er épisode, Gow s'est sacrément améliorer dans ce domaine et propose désormais des modes de jeux vraiment intéressants ! Perso chui fan !

Écrit par : love toys | 07 novembre 2011

Gears Of War est un jeu sur lequel on s'éclate surtout en mode coopératif !

Écrit par : commander console batman arkham origins | 22 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu