Avertir le modérateur

07 juillet 2011

«Alice est confrontée à un monde qui semble n'obéir à aucune règle»

giant_alice.jpg

Elle n'est pas si innocente qu'elle en a l'air. Avec «Alice: Retour au pays de la folie» (sur Xbox360, PS3 et PC), le créateur American McGee renoue avec l'Alice gothique et violente qu'il avait déjà représentée dans son Alice, sorti en 2000. Ce jeu d'action et de plate-formes entraîne l'héroïne de l'écrivain Lewis Carroll dans un monde cauchemardesque, à la recherche de ses souvenirs. L'universitaire Lawrence Gasquet, spécialiste de littérature britannique et auteur de Lewis Carroll et la persistance de l'image, commente la sortie de ce jeu.


En tant que spécialiste de l'œuvre de Lewis Carroll, quelle est votre réaction à une adaptation d'Alice dans un jeu vidéo?

Je ne suis absolument pas surprise, car le succès de l'œuvre de Lewis Carroll est proportionnel à sa richesse et à sa qualité protéiforme. La dimension esthétique des Alice est évidente; Lewis Carroll a écrit son œuvre en privilégiant sa dimension visuelle, en supervisant les illustrations de la manière la plus étroite possible avec son illustrateur John Tenniel. Ainsi, on regarde Alice aussi bien qu'on lit ses aventures; l'adaptation des Alice en jeu vidéo est, selon moi, tout à fait en phase avec le développement actuel de notre culture éminemment visuelle.

Comment expliquez-vous que l'univers d'Alice/Lewis Carroll se prête ainsi à un traitement visuel «gothique»?

Le «gothique» au sens actuel a été popularisé par la littérature à la fin du XVIIIe siècle, ne l'oublions pas; tous ses codes reposent sur une très forte dimension visuelle, ce qui explique le succès des adaptations gothiques au théâtre, au cinéma puis dans les univers virtuels. De plus, il n'est pas du tout étonnant que les Alice se prêtent à un tel traitement, puisque l'univers inventé par Carroll est dominé par la violence. La violence est d'abord celle du langage, mais son omniprésence n'échappe à aucun lecteur.

Les jeux vidéo dont nous parlons n'ont donc fait qu'amplifier visuellement un thème de fond des Alice, en le mariant avec les codes de la fantasy (la quête et ses obstacles) et ceux du cinéma de genre (l'horreur, le gore, le slasher, etc.). Le monde original d'Alice est un monde où l'on se fait couper la tête, littéralement écraser, etc. Le jeu vidéo amplifie cela, et semble être un cocktail détonnant qui devrait garantir son succès... tout le monde connaît Alice, et il est évident que les concepteurs de ce jeu comptent sur l'effet choc de l'adaptation-transposition.

Quelle a été l'influence d'Alice sur les univers dits de «fantasy»?

Je ne pense pas qu'Alice ait pu véritablement influencer ce qui de nos jours est appelé la «fantasy», car on ne trouve pas dans l'œuvre originale de Carroll le motif de la quête, qui semble absolument central pour ce genre. En revanche, la «fantasy» est l'héritière d'une très longue tradition littéraire anglo-saxonne qui remonte au Moyen-Age; le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde furent les premiers héros de ce genre, avant bien sûr qu'il soit popularisé comme tel par des auteurs comme J.R.R. Tolkien ou Robert Howard dans un passé proche.

Dans quelle mesure la folie est-elle un thème au centre d'Alice au pays des Merveilles et De l'autre côté du miroir?

Les Alice sont des œuvres qui se lisent à plusieurs niveaux, selon que l'on est enfant ou adulte. Le génie de Carroll consiste à interroger les catégories qui régissent notre pensée, en mettant le doigt sur toutes les anormalités du langage. Ce sont ces aberrations que pointent les conversations souvent très violentes entre la petite fille et les créatures du Pays des Merveilles et du Miroir, et c'est ce questionnement qui se révèle profondément subversif.

La folie est un thème central en ce qu'Alice est sans cesse confrontée à un monde qui semble au premier abord n'obéir à aucune règle; l'étude du texte révèle qu'au contraire les mondes inventés par Carroll sont parfaitement logiques (Lewis Carroll enseignait la logique et les mathématiques à Oxford), et poussent la logique et les règles jusqu'à leur aboutissement, ce que nous ne faisons quasiment jamais dans la vraie vie.

C'est aussi cela, le secret des Alice: Ces œuvres sont une sorte de modélisation d'un monde où la logique linguistique est poussée à son paroxysme; le réel décrit ne peut suivre car le langage est en quelque sorte plus «puissant» que le réel. C'est pourquoi je pense que l'adaptation des Alice en jeu vidéo, aussi lointaine soit-elle de l'œuvre victorienne, peut véritablement se révéler intéressante et féconde: elle suscite la question, et n'oublions pas que le questionnement est une des manifestations première de l'intelligence humaine.

- Recueilli par Joël Métreau

Le trailer de «Alice: Retour au pays de la folie»


Commentaires

C'est ce que j'appel un superbe blog superbement produit! Je ne pensais point qu'être sur le net était si utile.

Écrit par : technique de séduction | 04 août 2011

J'ai trouver ce jeu un peu absurde mais tout de même jolie visuellement et amusant.

Écrit par : Fred | 04 octobre 2011

Merci pour votre blog très complet :)

Écrit par : Pneu pas cher | 11 juin 2012

super vidéo qui donne envie de jouer au jeu !

Écrit par : commander metal gear the phantom pain | 22 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu