Avertir le modérateur

14 juin 2011

«Red Faction: Armageddon», A comme aliens, B comme bête

RF.jpg

Un Mars et ça repart. Après avoir débuté sa carrière en tant que FPS pour les deux premiers épisodes, puis se l’être joué façon «GTA» ou «Saints Row» pour «Guerilla», «Red Faction: Armageddon» revient cette fois sur Xbox 360, PS3 et PC sous la forme d’un «Gear of War» like. Suffisant pour relancer une saga qui affichait une mauvaise mine?


Le plus gros problème pour réussir un jeu de tir à la troisième personne, c’est de proposer suffisamment d’éléments scénaristiques, graphiques et en terme de gameplay pour faire oublier au joueur qu’il va passer à peu près une dizaine d’heures (huit pour le cas présent) à aller d’un point A à un point B en dézinguant tout ce qu’il trouve sur son passage. Car dès que cette simple vérité apparaît, on a vite fait de s’ennuyer.

Ambiance série B

Première étape à réussir, le scénario. Bon, vu que le jeu propose d’effectuer un génocide d’aliens, pas la peine de s’embarrasser avec une histoire digne de Philippe K. Dick. Non, ici, on lorgne du coté de la série B, mais de qualité: l’atmosphère et l’histoire sur Mars (des monstres sortent des entrailles de la planète car des colons ont creusé trop profond) nous rappellent furieusement le Ghosts of Mars de John Carpenter et le design de Mason, le héros, (grand chauve tatoué) et ses punch-lines bien senties lorgnent du côté de Riddick (aka Vin Diesel) dans Pitch Black. Sa mission? Bah... Sauver la planète et ses habitants en enrayant l’invasion d’aliens et dresser à coups de fusil à pompe une bande de fanatiques emmenée par Hale, leur leader.

Mason, va chercher!

Si l’aventure s’avère bien rythmée avec ses moments de bravoures intenses (ces passages jouissifs à bords d’un mécha ou de tanks à la «Lost Planet 2»), le jeu souffre tout de même de l’enchainement un brin répétitif des missions: Il faut réparer un générateur? Mason va le faire. Récupérer des batteries dans l’antre des monstres? Mason y va. Déboucher les chiottes? Mason s’y colle. Bref, le joueur va courir d'objectif en objectif avec la sensation d’être la bonne poire du coin, ce qui finit par être agaçant.

RedFaction.jpg

Bestiaire pas bête

Heureusement, le titre de l'éditeur THQ se rattrape grâce à des graphismes travaillés. Les personnages sont bien modélisés et les textures des différents tunnels de la planètes réussies et très variées ce qui évite une certaine monotonie (on n’effectue que très rarement des missions en surface). Quant aux effets de lumières, ils sont convaincants en jouant sur les ombres et l’obscurité, qui renforcent une atmosphère oppressante.

Du côté du character design des aliens, c’est plutôt réussi avec des monstres inspirés du Starship Troopers de Paul Verhoeven. Mention spéciale pour les Spectres qui apparaissent et disparaissent en lâchant une toxine qui déforme légèrement l’écran. Stressant. Un bémol tout de même, le manque de variété des ennemis: A mi-parcours, on aura fait le tour du bestiaire, et l’absence de boss imposants, contrairement à un «Gears of War 2», renforce cette sensation.

Armes de destructions massives

Heureusement, ce «Red Faction: Armageddon» possède une armurerie bien remplie qui, couplée au Geo-Mod («Geometry Modification», un environnement totalement destructible), fait un ravage. Quel plaisir en effet de faire sauter à coups de missiles un pont pour qu’un alien récalcitrant se retrouve dans la lave ou de projeter une citerne sur une horde d’ennemies grâce au fusil magnétique. Cette arme est d’ailleurs l’un des points forts du jeu car elle permet des mises à mort aussi originales que fun à l’image d’un «BulletStorm».

Du coup, ce «Red Faction: Armageddon» se consomme sans faim. Même s’il n’a pas les qualités pour égaler un «Gears of War 2» en terme d’action ou un «Dead Space 2» au niveau de l’ambiance et du scénario, il se consomme avec le plaisir coupable propre aux séries B: Du fun, de l’action, pas de prises de tête. What else? Peut-être un multi un peu moins feignant qui ne se contente pas d'un mode à quatre joueurs où l'on doit survivre à des vagues successives d'aliens. Ce sera peut-être pour le prochain épisode.

-- Jérôme Comin

Le trailer :

 

Commentaires

j'adore ce genre de jeu à la gears of war ou il faut tout tuer surtout de sales bestioles !!

Écrit par : précommander metal gear the phantom pain | 22 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu