Avertir le modérateur

08 juin 2011

«InFamous 2» fait un retour électrique

infamous.jpg

C'est par une soirée orageuse qu'il m'a enfin été possible de prendre en main la suite d'«InFamous», sorti en 2009 sur PS3. Un décor tout à fait approprié pour se plonger dans les nouvelles aventures de Cole MacGrath, le coursier doté de super pouvoirs tombés du ciel reconverti en sauveur de l'humanité. Ce deuxième épisode, qui sort ce mercredi sur la console de Sony, est tout aussi «électrique», si ce n'est plus.


Si vous n'avez pas eu l'occasion de jouer au premier du nom, ce qui est mon cas, ce n'est pas grave car un résumé est proposé au début de ce deuxième opus. «InFamous 2» reprend pile à la fin du numéro 1. On est à Empire City avec deux potes: la jolie agent du FBI Lucy Kuo et Zèke, un type un peu louche, mais qui se prétend l'ami du coursier.

Des choix qui font des étincelles

A peine débarqué dans le jeu qu'une grosse «Bête» nous attaque: un géant enflammé pas commode du tout et qui détruit tout sur son passage. Comme il est bien costaud, on l'affronte à peine et on se taille dans le sud des Etats-Unis, direction la Louisiane et cette magnifique ville de «New Marais».

Une fois là-bas, l'objectif est de se préparer au retour de la «Bête» en développant les super pouvoirs de Cole et en s'exerçant contre un type nommé Bertrand et sa Milice, soit une armée de gros bras masqués qui s'en prennent à la veuve et l'orphelin, puis, plus tard, à des monstres de plus en plus gros, peu ragoûtants et ressemblant vaguement à de gros insectes.

A l'image d'un «Fable 2 ou 3», le scénario permet, en dehors du fil rouge général, de pencher vers deux types de rôles: celui du bon samaritain (en sauvant des civils d'agressions ou de prises d'otages par exemple) ou du «bad guy» (en s'attaquant à des policiers ou en effrayant des civils par exemple). Au départ, on peut tester un peu les deux avant de choisir véritablement sa voie. Ce choix sera déterminant pour l'acquisition de certains pouvoirs, dédiés uniquement à l'une ou l'autre de ces postures.

Recharger les batteries

Les pouvoirs sont en fait les «armes» que l'on possède, mais qui n'en sont pas matériellement, à part une espèce de gros trident bien utile pour le combat au corps à corps. Autrement, tout est réalisé grâce à nos mimines avec lesquelles on peut tout bêtement envoyer des boules ou des grenades électriques ou encore créer des ondes destructrices. Eh oui, la Milice ne nous surnomme pas «Monsieur Electrique» pour rien.

Mais cette électricité n'est pas non plus infinie et lorsqu'on l'a épuisée, il faut la recharger grâce aux nombreux compteurs ou poteaux électriques répartis dans la ville.

Si cette manière de se battre est plutôt originale, le plus gros plaisir vient avant tout, d'une part, de pouvoir grimper à la Spiderman à peu près partout (immeubles, maisons, poteaux, etc.) et, d'autre part, de pouvoir «grinder» comme les skaters sur les câbles électriques qui relient les bâtiments ou ceux qui servent d'alimentation au réseau de tramways de la ville.

Des graphismes à faire péter les plombs

Si le scénario principal s'avère assez confus en attendant la «Bête», on se réjouit largement des grandes missions de castagne où il y a de quoi faire. Les tâches secondaires sont également légion, mais très peu variées, comme des répliques miniatures des grandes. Le reste du temps, on a le loisir de pouvoir se balader dans cette belle et grande ville de New Marais.

Car, pour finir, il faut saluer la qualité des graphismes qui sont de toute beauté, même si la qualité des cinématiques à la sauce comics reste discutable. Le décor louisianais est très bien rendu et l'excellente jouabilité, alliée à une acquisition progressive et didactique des pouvoirs de Cole, permettent de batifoler de longues heures et avec bonheur en compagnie de «Monsieur Electrique». Avec tout ça, on a donc rarement envie de couper le courant de sa console.

- Corentin Chauvel

Commentaires

comme les skaters sur les câbles électriques qui relient les bâtiments ou ceux qui servent d'alimentation au réseau de tramways de la ville.

Écrit par : konteyner | 13 septembre 2011

Mais cette électricité n'est pas non plus infinie et lorsqu'on l'a épuisée, il faut la recharger grâce aux nombreux compteurs ou poteaux électriques répartis dans la ville.

Écrit par : su deposu | 16 septembre 2011

Au départ, on peut tester un peu les deux avant de choisir véritablement sa voie. Ce choix sera déterminant pour l'acquisition de certains pouvoirs, dédiés uniquement à l'une ou l'autre de ces postures.

Écrit par : prefabrik ev fiyatları | 17 septembre 2011

Empire City avec deux potes: la jolie agent du FBI Lucy Kuo et Zèke, un type un peu louche, mais qui se prétend l'ami du coursier.

Écrit par : sepetli vinç | 22 septembre 2011

sarkozyste inquiet plus que critique, était soupçonné d'avoir été placé sur la liste pour libérer sa

Écrit par : veteriner | 03 octobre 2011

Un jeu qui en vos selon moi la peine.

Écrit par : Aimantpuissant | 04 octobre 2011

Ca a l'air juste totalement fou n'empêche comme jeu !

Écrit par : Precomz.com | 13 octobre 2011

comme des répliques miniatures des grandes. Le reste du temps, on a le loisir de pouvoir se balader dans cette belle et grande ville de New Marais.

Écrit par : sandalye | 05 janvier 2012

un super jeu qui en vaut le détour un max !!!

Écrit par : achat metal gear the phantom pain | 22 septembre 2013

Luttons ensemble contre cette pauvreté avec notre propre

Écrit par : ofis koltukları | 23 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu